Retour à L'innocence

le blog de Melissa Pekel

0 notes &

Comment ne pas perdre son identité dans le couple

See on Scoop.it - Retour à l’Innocence blog de développement personnel

Vous sentez que l’équilibre de votre couple est en train de vaciller parceque vous vous effacez? Voici comment ne pas perdre son identité dans le couple.

Melissa Pekel's insight:

Avez-vous parfois le sentiment de perdre votre identité dans votre couple ? Vous avez des ambitions, des rêves d’enfants, des préférences et des opinions bien marquées puis, une fois bien ancré dans votre relation amoureuse, vous vous faites littéralement happer par votre partenaire.

L’une de mes connaissances m’a confié qu’elle avait ces derniers temps l’impression dérangeante d’avoir perdu son identité dans son couple. Elle se fâche en permanence, elle doute de tout et plus le temps passe, plus cette sensation s’accentue. Le premier à « payer les frais » de cette frustration est son mari. Elle le blâme par exemple, de passer ses mercredis soirs chez ses amis pour jouer de la musique alors qu’elle-même se dévoue corps et âme à ses enfants.


Tous deux ont une passion : lui, la musique en particulier la guitare et elle, la Salsa. Les choses ont un peu changé depuis la naissance de leurs enfants et l’ajustement n’a, hélas, pas encore été fait. Par conséquent, l’un résiste pour maintenir sa passion et son individualité (malgré les critiques et les jugements) et l’autre se sent complètement perdu dans son amour propre et dans son couple.

Ce problème est assez récurant dans la vie de couple. Lorsque l’on rencontre quelqu’un de spécial, il est naturel de vouloir lui plaire. On est plus ouvert aux nouveautés, plus apte à faire des concessions. On a tendance à s’oublier un peu et cela n’est pas gênant tant que l’on respecte un certain équilibre entre l’amour de soi et l’amour de l’autre. Les choses commencent à se compliquer lorsque l’un des partenaires ou les deux confondent compromis et total abandon de soi.

Aimer une personne de tout son cœur ne veut pas dire se compromettre et abandonner justement toutes ces merveilleuses choses qui font votre personnalité et qui correspondent aux raisons pour lesquelles votre partenaire vous a choisi.

Voici quelques points que je vous invite à étudier lorsque vous sentez que l’équilibre de votre couple est en train de vaciller. Voici comment ne pas perdre son identité dans le couple.

Le besoin de faire plaisir aux autres pour se sentir aimé et apprécié

Cette jeune maman s’est sentie obligée de tout abandonner lorsqu’elle s’est trouvée confrontée non aux remarques de son mari qui comprend tout à fait ce besoin d’avoir un peu de temps pour soi, mais plutôt aux remarques de sa mère, une ex-femme au foyer qui a tendance à la faire culpabiliser : « Tu es chanceuse d’avoir de l’aide », « A mon époque, les maris n’aidaient pas ».

Sincèrement, je ne pense pas que cette grand-mère soit foncièrement méchante. Elle est un peu maladroite en exprimant l’unique réalité qu’elle a connue à son époque. À savoir qu’une femme doit être totalement dédiée à sa progéniture et faire des sacrifices. Je parierais même qu’elle n’a jamais reçu la reconnaissance méritée de ses semblables pour tous les sacrifices qu’elle a faits pour éduquer ses enfants.

Être en phase avec soi-même

Lorsqu’on est bien ancré dans sa relation, on commence souvent à avoir le désir d’un certain retour à soi. C’est bien normal après avoir parcouru tant de chemin avec une personne. On a alors bien envie de temps en temps de faire « Stop ! » et regarder un peu en arrière pour voir si l’on n’a rien laissé de nous-mêmes en route. On se recherche car on a besoin de savoir si dans notre course effrénée de la vie, on n’aurait pas mis de côté quelques rêves ou certains désirs inachevés. C’est important d’en prendre conscience et de le communiquer à la personne qui partage votre vie. Il ou elle ne vous aimera pas moins puisque c’est un sentiment commun à tous.

Forever Together by George Hodan

Ne pas confondre concessions et abandon de soi

Dans notre exemple, le partenaire de cette jeune maman ne lui a aucunement demandé d’abandonner sa passion pour la danse. Lui-même a réussi à maintenir la répétition du mercredi soir avec ses amis d’enfance parce que c’est le moment unique où il peut les retrouver et passer un peu de temps avec lui-même.

Lui a-t-il demandé de faire des concessions ? Oui. Elle ne peut pas aller tout les soirs à des cours mais elle peut tout à fait le faire 2 fois dans la semaine. Il est volontaire pour garder leurs enfants à condition qu’elle reconnaisse quand le lâcher-prise s’impose http://www.retouralinnocence.com/2012/06/quand-le-lacher-prise-simpose-5-signes-qui-ne-trompent-pas/ en lui faisant confiance, même si ça n’est pas toujours parfait : désordre, les enfants qui ne sont pas couchés à l’heure, etc.


Lui a-t-il demandé de changer au point d’abandonner sa passion ? Aucunement. Elle s’est crue obligée de le faire à cause des enfants et du jugement de ses pairs.


Vous ne pouvez pas vous perdre si vous faites des petites concessions comme débarrasser la table ou nettoyer après avoir cuisiné. La seule chose à laquelle il faut faire attention c’est aux requêtes qui impliquent que vous changiez du jour au lendemain.

Vous sous-estimez l’importance de maintenir un intérêt ou un hobby personnel

Bien que le compromis soit nécessaire pour une relation réussie, vous ne devez jamais abandonner votre individualité. Si cette individualité passe, par des intérêts ou des hobbies personnels, faites en sorte de toujours maintenir un lien, même si cela n’est pas parfait. Ce lien peut ne pas être aussi intense que lors de certaines périodes de votre vie mais vous pouvez choisir d’accepter les imperfections de celle-ci de la même manière que l’on choisit de voir son verre à moitié plein, plutôt qu’à moitié vide.


Regarder votre situation que sur l’angle du manque, ne vous conduira qu’à éprouver du ressentiment vis-à-vis de vous-même et de votre partenaire. Et comme nous le savons tous, la frustration n’est pas une sensation que l’on peut garder longtemps en soi.

Playing The Guitar by Peter Griffin

Invitez votre partenaire dans votre « monde »

On rejette en général ce qu’on ne connaît ou ne maîtrise pas. C’est pour cela qu’il estprimordial de savoir accueillir votre partenaire dans votre monde. Présentez-lui vos amis, vos passions. Il s’agit d’aider votre partenaire à comprendre les raisons pour lesquelles vous aimez les choses que vous faites.


Dans notre exemple, la jeune maman peut proposer un bon nombre d’activités puisquela salsa c’est la danse mais aussi la musique. Son mari et elle peuvent aller ensemble à des concerts-bars ou dans des restaurants cubains. Pour elle, c’est un moyen d’être en contact avec son élément et pour son compagnon, ceci peut apporter un peu de fantaisie dans sa routine.

Ballroom by Kevin Tomes

Respectez ses opinions tout en restant fidèles aux vôtres

Il est tout à fait normal de s’influencer l’un comme l’autre. Cela nous fait grandir et nous ouvre à de nouvelles expériences et facettes de la vie. Cependant, il ne faut pas non plus vous mettre dans une situation où vos opinions et vos préférences ne comptent plus. De cette manière, vous aurez vite l’impression de véritablement « subir » le « monde » de votre partenaire avec ses habitudes et ses préférences. Il faut à tout prixsavoir dire non http://www.retouralinnocence.com/2013/03/savoir-dire-non-en-quatre-etapes/lorsque…….

Lire l’article en entier http://www.retouralinnocence.com/2013/11/comment-ne-pas-perdre-son-identite-dans-le-couple/


See on retouralinnocence.com

0 notes &

Comment faire une critique constructive?

See on Scoop.it - Retour à l’Innocence blog de développement personnel

Comment faire une critique constructive? Outil de communication, mode d’emploi.

Melissa Pekel's insight:

Ça t’ennuie si je te donne mon avis personnel ? Est-ce que je peux être honnête avec toi ?

Et vous ? Comment faites-vous vos critiques ?


L’autre jour, l’avais une conversation avec une amie qui me parlait de ses problèmes au boulot. Je savais que cela faisait déjà un moment qu’elle projetait de quitter sa place, mais ce jour-là, son désarroi au téléphone avait l’air si terrible que je m’étais dit, qu’elle avait fini par se faire renvoyer. Pensez-vous ! Rien de tout cela. Elle était bouleversée à cause d’une critique mal placée venant de son manager. Cela m’a paru futile au premier abord puis, une fois le contexte établi, j’ai compris qu’il y avait tellement de leçons qui pouvaient en être tirées.


Cela a commencé par une histoire de réservation de salles de conférences qui a tourné au fiasco. Son manager qui était chargé de l’animation de cette conférence lui demande expressément de réserver une petite salle. Il pensait (ou plutôt espérait) que cette conférence serait annulée, comme il était coutume, en raison du record d’absentéisme qui semble toujours être battu.


Manque de chance (ou plutôt de communication), le jour J, le nombre de conviés dépassent de loin les espérances de tous. Les principaux chefs de départements, la direction et quelques clients privilégiés se trouvaient là penauds dans le couloir à râler parce que » il n’y avait pas de places. On n’entendait rien, la présentation était ennuyeuse. Bref ! Les gens étaient forts mécontents et les plaintes ont commencé à éclater un peu de partout. Il fallait trouver un coupable ! Le manager s’esquive et laisse son assistante (l’amie en question) se dépêtrer des conflits et de la gêne occasionnée auprès de la direction et des autres départements.


Submergée par les plaintes et les sermons de la direction, elle était bien décidée à se faire entendre par ce manager. Et rien ! Aucun ne soutient de sa part. Il lui rétorque que dans une société comme la leur, le risque 0 n’existe pas. Il est attendu d’une assistante de savoir gérer le stress. (Argument valable si vous voulez mon avis, mais attendez de voir la suite.) Il enfonce le clou en lui reprochant d’être trop sensible et de ne pas savoir prendre du recul.

Était-ce vraiment la place de ce manager de parler de la sensibilité de son assistante ? Je ne pense pas. Elle s’est investie 8 ans dans cette société. Elle est très consciencieuse dans ce qu’elle fait et il n’y a jamais eu de plaintes à son égard. Bien au contraire ! Elle est un modèle d’efficacité pour tous.


J’ai trouvé son argumentation tellement peu professionnelle, que je me suis dit qu’il serait intéressant de proposer quelques clés à considérer pour toutes personnes qui souhaitent faire des critiques constructives. Voici le mode d’emploi du comment faire une critique constructive auprès de vos collègues, famille ou partenaire.

La critique peut être désagréable, mais elle est nécessaire. Elle est comme la douleur pour le corps humain : elle attire l’attention sur ce qui ne va pas. Winston Churchill*

*Vrai monsieur Winston Churchill, mais toujours à condition que cette critique soit bien construite parce que nous n’avons pas tous la même capacité à encaisser la douleur.

Faire une critique le mode d’emploiPlan d’attaque

Construire un plan « d’attaque » avec les mots adéquats. Votre but est de resserrer les liens et améliorer votre communication http://www.retouralinnocence.com/2012/12/les-8-meilleures-techniques-pour-ameliorer-votre-communication/et non de la détruire. C’est pour celui qui est primordial que vous partagiez clairement le but de votre démarche avec votre interlocuteur. Abandonnez toute nécessité d’avoir raison à tout prix. C’est l’intérêt commun qui compte avant toutes choses.

Ce plan vous permettra de filtrer, les premières critiques qui vous sortent « des tripes ». Elles ne sont pas toujours valables parce qu’elles se mêlent souvent à nos émotions propres ou l’expression crue d’une certaine frustration que l’on a vis-à-vis de l’autre.

Emmener adroitement la personne à s’interroger sur elle-même, sans qu’elle se sente attaquée ou jugée pour enfin la faire participer à l’élaboration de la solution.

Le choix des mots

Pourquoi tant de précautions me diriez-vous ? Ne vaudrait-il pas mieux couper court en optant pour une communication directe et franche? Vous pouvez faire encore mieux que cela. Comme je vous le disais plus haut, le choix des mots oblige a dégrossir ce qui pertinent de se qui relève simplement que de votre impression mais aussi, à éviter de blesser inutilement l’autre.

C’est un fait, nous n’avons pas tous les mêmes capacités à encaisser la vérité. Vous pouvez briser une personne avec une critique mal placée. Une même personne dont vous ne connaissez pas le vécus ou les expériences passées.

Parfois on croit bien faire mais rappeler vous de cet adage lorsque vous êtes tentez de lancez critiques crues à quelqu’un même pour son bien :

La route de l’enfer est souvent pavée de bonnes intentions.

Ne forcez pas les choses, lorsqu’une personne n’est pas prête à vous entendre. Ne lui retirez pas le droit de disposer ou pas de son habiliter à s’ouvrir au changement. Apprenez aussi à lâcher prise lorsque cela s’impose. http://www.retouralinnocence.com/2012/06/quand-le-lacher-prise-simpose-5-signes-qui-ne-trompent-pas/

Passer vos messages sans dévaloriser votre interlocuteur

La critique, comme la pluie, devrait être suffisamment douce pour nourrir le développement de l’homme sans détruire ses racines. » Frank A. Clark auteur américain

Si vous n’avez pas besoin de « puncher » pour obliger les autres à se regarder en face. Une simple invitation à la réflexion pour le bien commun peut être la flèche qui fera craquer leurs armures. Dans ce cas, on n’essaye pas de les « réparer les gens » avec des critiques, mais plutôt a les habiliter pour qu’il aspire à établir des relations basées sur la confiance et le respect mutuel.

Faites passer vos messages dans les règles de l’art et vous verrez la puissance d’adhérence et de bonne volonté qui se dégagera de cette personne qui se sent renforcées et respectées lorsqu’elle s’attendait à se faire rabaisser.

Par exemple dans le contexte du travail au lieu de dire : « vous êtes trop susceptible ou sensible ». On pourrait dire : « Cette situation à engendrée beaucoup de stress. Essayons de trouver ensemble un moyen de prévenir ce genre de problème pour les prochaines fois ».


lire la suite sur http://www.retouralinnocence.com/2013/11/comment-faire-une-critique-constructive/


See on retouralinnocence.com

0 notes &

La critique, comme la pluie, devrait être suffisamment douce pour nourrir le développement de l’homme sans détruire ses racines. » Frank A. Clark
Voici mon dernier article sur La critique. Cela va de suite à l’attitude peu professionnelle d’un responsable avec son assistante. Je me suis dit qu’il serait intéressant de proposer quelques clés à considérer pour toutes personnes qui souhaitent faire des critiques constructives auprès de leurs collègues, famille ou partenaire. Et ceci sans blesser et avec tout le respect du monde. 
Bonne lecture :)
lire l’article http://www.retouralinnocence.com/2013/11/comment-faire-une-critique-constructive/

La critique, comme la pluie, devrait être suffisamment douce pour nourrir le développement de l’homme sans détruire ses racines. » Frank A. Clark

Voici mon dernier article sur La critique. Cela va de suite à l’attitude peu professionnelle d’un responsable avec son assistante. Je me suis dit qu’il serait intéressant de proposer quelques clés à considérer pour toutes personnes qui souhaitent faire des critiques constructives auprès de leurs collègues, famille ou partenaire. Et ceci sans blesser et avec tout le respect du monde. 

Bonne lecture :)

lire l’article http://www.retouralinnocence.com/2013/11/comment-faire-une-critique-constructive/

Filed under communication blogging critique outil DéveloppementPersonnel

1 note &

5 règles essentielles de la confiance en soi en amour


Neutraliser ses peurs. Apprendre à avoir confiance en soi. Voici 5 règles essentielles de la confiance en soi en amour.

Melissa Pekel's insight:

"Le cœur qui craint la rupture n’éprouve jamais son amour."

"Une des raisons principales pour lesquelles les gens ont du mal à être à l’aise dans leurs relations amoureuses est le manque de confiance en soi. Nos échecs et autres histoires passés et non résolus s’accumulent dans notre inconscient et défigure l’image que l’on pense projeter aux autres. Les peurs se multiplient et notre insécurité s’amplifie.

Lorsque nos peurs d’être rejeté ou trahit, nous dominent, il est presque impossible de grandir émotionnellement.

On est semblable à un poussin qui, tout juste sorti de sa coquille, refuserait l’aide de maman poule tout simplement parce qu’il ne pense ne pas la mériter. Une sorte d’auto-sabotage qui épuise un potentiel affectif qui ne demande qu’à trouver le réconfort d’une relation sincère basée sur la confiance.

Alors comment avoir plus confiance en soi ? Quelles sont les erreurs typiques à ne plus commettre? Comment neutraliser nos peurs ?

C’est ce que je vous propose de découvrir aujourd’hui avec les 5 règles essentielles de la confiance en soi en amour.

5 règles essentielles de la confiance en soi en amour1# Reprendre confiance en soi c’est avant tout grandir émotionnellement.

J’aime comparer nos émotions aux instruments de musique. En particulier les instruments à cordes. Prenez une guitare qui n’a longtemps pas servi. Mettez-vous à jouer à froid, sans l’accorder. Qu’obtiendrez-vous ? Des fausses notes bien sûr, mais surtout le risque qu’une des cordes casse et vous saute à la figure. Les cordes poussiéreuses et fragiles de la guitare sont semblables aux sentiments que nous avons longtemps laissés enfouis et dont nous nous sommes que peu servis.

La corde qui « casse », c’est nous lorsque nous choisissons de rompre chaque fois qu’une relation devient « difficile » et que la tension était trop forte. 

Une guitare comme nos émotions ça s’entretient et se pratique. Grandissez émotionnellement  en acceptant les changements et en prenant soin des personnes qui vous entourent et qui vous témoignent de l’affection. Ne soyez pas statique. Même une guitare qui a priori, est un objet, vit. Son bois travaille et s’adapte à chaque variation de températures et d’humidité.

2# Arrêtez de vous prendre pour un médium

Ne pas prendre pour argent comptant toutes les « visions » qui vous viennent à l’esprit.Si vous avez une imagination débordante, ne la gâchez pas à imaginer toujours les pires scénarios tirés d’interprétations que vous faites à chaque fois que vous essayez de lire dans l’esprit de l’autre.

On a un peu tous tendance à croire qu’avec le temps et parce que l’on connait très bien son partenaire, que ses pensées n’ont plus vraiment de secrets. Donc, si je fais l’expérience de tel ou tel sentiment il/elle doit forcément ressentir la même chose. Cette façon de résonner est un peu insultante pour le partenaire. Pensez-y ! Cela ne le/la met pas vraiment en valeur. C’est une façon de dire : « Tu es si prévisible ! Je connais toutes tes pensées. » Sans compter que vous empiétez totalement dans son espace personnel.

Et vient le jour où vous réalisez que vous avez tous faux. Votre partenaire exprime des opinions différentes et toute votre confiance s’effondre. On vous avait pourtant prévenu! Cessez de jouer au médium. Servez-vous de votre créativité pour améliorer vos techniques de communication, http://www.retouralinnocence.com/2012/12/les-8-meilleures-techniques-pour-ameliorer-votre-communication/ créer des choses utiles et résoudre de vrais problèmes.

De la même manière, ne laissez pas les autres vous « coller » des étiquettes, en prétendant lire vos pensées. Exprimez ce que vous avez à dire, lorsque vous avez besoin de le dire. N’attendez pas qu’on vienne vous chercher, car vous ne contribuerez qu’à encourager l’autre à vous deviner.

3# Arrêtez de vous inventer des problèmes

Trop souvent, nous nous inventons des problèmes par anticipation ou par ce qu’on ne se sent pas à la hauteur. Du coup, on a tendance à oublier les bons moments passés ensemble, les preuves d’amour et les expériences qui nous ont fait nous découvrir et nous aimer encore un peu plus.

La situation typique est la suivante : votre partenaire rentre du travail et il n’est pas très causant. Un flot de pensées vous envahit et vous basculez dans le stress et l’insécurité. Pourquoi ce silence ? Il s’est passé quelque chose ? Il se sent coupable… Une minute est passée et vous avez déjà eu un monologue qui ne vous a rien apporté de nouveau étant donné que vous n’avez pas confronté vos idées avec le premier intéressé : votre partenaire. Vous lui demandez : « Qu’est-ce qu’il t’arrive ? Tu es très silencieux ». Il vous répond « Une dure journée, je suis épuisé ».

Pourquoi ne pas s’en arrêter à là ? L’aider un peu dans ses tâches, être aimable, vous rendre utile ? Vous ne savez pas peut-être que la journée au bureau était insupportable et qu’il a besoin d’un peu de temps avant d’en discuter. Cette situation est toujours dépeinte dans les séries ou dans les films de façon dramatique. Il a dit qu’il était fatigué, mais en faite, il a menti parce qu’il était toute la journée avec « Sabrina l’impitoyable croqueuse d’hommes .»

Il y a un fossé énorme entre ce que vous voyez à la télévision et ce qui se passe dans la vie de tous les jours. Les choses sont plus simples et ça ennuie certain(e) s alors pour se créer le « frisson », on s’imagine des problèmes du genre un « soap opera ». Bien sûr, dans le cas où vous tombez sur des gens immatures qui mentent et qui trichent, ne perdez pas votre temps. Prenez les mesures qui s’imposent. Mais outre ce cas précis, soyez plus zen. 

Essayez véritablement de distinguer les vrais problèmes des peurs et anticipations négatives. Si quelqu’un vous dit quelque chose, arrêtez d’assumer que cela veut dire autre chose.

4# Apprendre à aimer l’imperfection

Vous ne pouvez pas attendre de l’autre d’être toujours parfait, car en faite, qu’est-ce que la perfection ? Une notion tout à fait subjective. Que chacun peut définir à sa convenance. De plus, vous ne pouvez pas vous attendre que tous les attributs d’une seule et même personne correspondent exactement à votre idée de perfection. J’aime bien ce que mon ami Sébastien écrit sur le sujet de la perfection. La perfection nous entoure, il suffit de décider d’observer le monde d’un œil nouveau.

C’est très vrai et j’ajouterais même que de changer aussi notre regard sur l’imperfection nous grandit. Les imperfections des autres complètent nos propres imperfections. On en prend conscience souvent lorsqu’on apprend à admettre et aimer ses propres défauts.

5# Ne pas faire subir votre passé

Lorsque nos mécanismes inconscients http://www.retouralinnocence.com/2012/05/11-conseils-pour-resoudre-ses-conflits-interieurs/ ne sont pas portés à la lumière de notre résonnement, il est vrai que nous avons tendance à répéter nos erreurs. Ainsi, on se retrouve encore coincé avec des personnes que nous traitent pauvrement, des situations embarrassantes qui se reproduisent, des conflits non résolus ou des blessures encore ouvertes. Et puisqu’on a : « été brûlé » plusieurs fois, on finit par croire que tout le monde est pareil et qu’il vaut mieux se protéger.

Certaines personnes vont jusqu’à faire subir leur passé à leur nouveau compagnon. Comparaisons injustes, critiques injustifiées, accusation de « crimes » que l’on n’a pas commis. Dans ces conditions, il est très difficile de construire. La confiance est brisée et l’on se sent la plupart du temps misérable.

Ne pas faire subir votre passé à une personne qui vous aime.

 Si cette nouvelle relation amoureuse compte pour vous, faites en sorte de faire la paix avec certains aspects de votre passé et surtout avec vous-même.

Rester en colère, c’est comme saisir un charbon ardent avec l’intention de le jeter sur quelqu’un ; c’est vous qui vous brûlez.- Bouddha

Gardez toujours votre cœur ouvert. Lâcher-prise http://www.retouralinnocence.com/2012/06/quand-le-lacher-prise-simpose-5-signes-qui-ne-trompent-pas/ en pardonnant et en tirant les leçons nécessaires. S’il existe une façon de « rééduquer » la personne qui vous a fait du mal dans votre passé, c’est justement de bien vivre.

6# Arrêtez de porter votre attention sur le négatif

Arrêtez de chercher les signes qui nourrissent votre insécurité. Parce que si vous vous amusez à vous aventurer sur ce chemin vous allez finir par trouver, car tout est interprétable. Une même situation peut être vue de mille et une façons.

Utilisez votre énergie pour renforcer votre estime et non pour vous « descendre ». Portez votre attention sur les aspects positifs des choses et vous les verrez se manifester d’avantages. 

Pour lire l’article dans son format initial http://www.retouralinnocence.com/2013/10/5-regles-essentielles-de-la-confiance-en-soi-en-amour/


See on retouralinnocence.com

Filed under couple Citations amour amoureux love developpement personnel psychologie la beauté blogging blog texte post positivité pensée positive

1 note &

Comment en finir avec l’auto-sabotage ?

Comment en finir avec l’auto-sabotage ? Voici une ma petite histoire et une méthode pour se débarrasser de ces tendances à l’auto-sabotage.

Melissa Pekel's insight:

Comment en finir avec l’auto-sabotage? Je dois vous avouer que l’auto-sabotage m’a accompagné fidèlement à chaque étape importante de ma jeune vie. Cet automatisme était si ancré en moi que j’en étais devenue son esclave. Je ne pouvais m’empêcher de me « descendre » et le pire est que je ne m’en rendais pas compte. Pour preuve, si vous m’aviez dit à l’époque : « Attention ma petite, tu as une tendance à l’auto-sabotage », je vous aurais certainement ri au nez.

Contrairement à l’autodestruction qui implique un mal-être profond, une dépression et la volonté de se faire du mal, l’auto-sabotage n’appelle pas forcément à la haine de soi. L’auto-sabotage est beaucoup plus sournois. Dans la plupart des cas, vous pensiez vous rendre service ou vous protéger en agissait d’une certaine manière et après réflexion, vous vous apercevez que vous vous êtes encore auto-saboter avec en plus, un nouveau coup dans votre estime.

Pour tacher de mieux comprendre ce comportement, je vous propose de découvrir ce qu’est vraiment l’auto-sabotage à travers une petite histoire personnelle et mais aussi une méthode pour vous en débarrasser.

Qu’est-ce que l’auto-sabotage ?

C’est l’art de “se descendre” pour rien. L’auto-sabotage englobe tout les automatismes, habitudes et comportements malsains qui nous empêchent de nous réaliser.

Les gens qui pratiquent l’auto-sabotage ont du mal à avancer, se respecter mais aussi à construire des relations saines et équilibrées avec autrui. Ces attitudes sont pour la plupart inconscientes et répétitives.

Petite histoire

Entre l’âge de 4 à 8 ans, j’étais invisible pour ma mère. Nous traversions un drame familial qui rendait l’atmosphère du foyer pesante et dans ce contexte j’avais très peur de rajouter le poids de ma présence. Je m’efforçais de ne pas croiser le regard de mère. Je ne m’agitais jamais, je ne parlais pas. J’essayais de me faire aussi petite que possible.

Heureusement pour moi, ce stratagème élaboré pour passer inaperçue ne pouvait plus durer, car à 6 ans, j’entre à l’école élémentaire. Je passe au travers de la vigilance de mes professeurs en sachant à peine lire et écrire et ceci jusqu’au CE2 (troisième année à l’école élémentaire) ou ma maîtresse d’école m’arrête.  « Effarée* » par mon niveau scolaire, elle me fait redoubler.

*Je reviens sur “effarée” parce que le mot est faible. Elle m’a administré une baffe retentissante devant toute la classe parce que j’avais fait trop de fautes à ma dictée. (C’est d’ailleurs ce même jour qu’a commencé ma passion pour l’écriture. Je vous raconterai l’affaire à l’occasion.)

En levant la main sur moi, cette maîtresse d’école a, sans le vouloir, éveillé l’instinct protecteur de ma mère. (Je vous passe les détails pour ne pas perdre le fil de notre sujet principal qui est l’auto sabotage). Dans tous les cas, ce remue-ménage m’a fait réaliser qu’il n’était pas si mauvais d’exister et même de se faire remarquer par ses parents.

Contrairement à ce que j’avais appris jusqu’à ce fameux “incident”, un parent est tout à fait capable de donner du soutien, de protéger et même de témoigner de l’affection.

Je sais bien que cela va de soi à présent mais à l’époque, c’était tout de même une révélation.

Alors, voici le mécanisme qui s’est mis en place dans ma tête.

Observation : C’est plutôt sympa d’avoir le soutien et les encouragements de maman.

Objectif : Me démarquer

Ma récompense : Amour et reconnaissance de ma mère

Moyens utilisés : L’école, les études.
Je redouble mon CE2 et je deviens la meilleure élève de ma classe.

Résultat : (vous allez comprendre l’origine de mon propre sabotage)
Plus je me démarquais pour mon excellence à l’école, plus je recevais l’amour et le soutien de ma mère.

1er Problème: Je n’avais pas conscience que la raison pour laquelle je travaillais aussi dur et que j’étais si exigeante envers moi-même n’avait rien à voir avec moi, avec ce que je voulais vraiment, mes rêves ou le fait de s’investir dans le but de construire un futur meilleur. Non, l’unique raison pour laquelle je m’appliquais dans ce que je faisais était la promesse d’une gratification immédiate. Collectionner les trophées pour une récompense imminente.

Le souci avec ce genre de pensée c’est qu’on n’apprend pas à faire les choses pour soi. On ne comprend pas vraiment les conséquences de ses propres actions. On n’apprécie pas le chemin que l’on parcourt et l’on rate les belles leçons à apprendre sur la vie, étant donné que le plaisir ne réside que dans l’obtention d’une récompense finale. Et si cette récompense ne tombe pas ? Eh bien, c’est la déprime. On pense alors s’être investi pour rien. On pense avoir échoué et l’on perd confiance en soi.

2e Problème: Plus j’avançais dans ma scolarité et moins ma mère tenait compte de mes résultats. Je cumulais les bonnes notes et les encouragements des professeurs. Je remportais des concours d’écriture pour les gamins de mon âge et rien. C’était devenu normal. « Melissa ? Ah oui, c’est la plus douée de mes enfants, rien de nouveau ». Il n’y avait plus de sourires, plus d’encouragements, plus de joie à la maison.

Son indifférence n’avait rien à voir avec mes résultats, elle traversait de durs moments qui la faisaient rebasculer dans sa dépression.

Je pensais que c’était ma faute et en même temps, j’étais fâchée contre elle. Pourquoi n’était-elle pas capable d’être heureuse ? J’avais ressenti la joie dans notre maison, un regain d’intérêt soudain. Pourquoi tout arrêter alors qu’on était si bien parti ? Comme ça, parce que le monde des adultes qui n’assument pas leurs responsabilités eh bien, « ça craint ! ».

C’est alors que j’entrepris une longue croisade au sabotage envers moi-même, car après tout, je m’en fichais pas mal d’avoir de bonnes notes.

Je n’écoutais plus les cours, je bâclais mon travail, je dérangeais mes professeurs avec mes bavardages incessants et j’étais insolente. Je cherchais à me faire convoquer par les professeurs et engueuler par ma mère. Cela fonctionnait à merveille.

Le problème est que ce nouveau comportement désastreux “a pourri” une bonne partie de ma scolarité et s’est malheureusement longtemps répercutée dans d’autres aspects de ma vie.

Comment me suis-je débarrassée de ces tendances à l’auto-sabotage?

Voici une petite méthode

1# Trouver l’origine de cet automatisme

(Dans mon cas)

-> Mon enfance et mon lien avec ma mère

2# Identifier le besoin satisfait à travers cet automatisme

Besoin d’amour, de reconnaissance et d’appartenance

3# Identifier les éléments déclencheurs de l’auto-sabotage

(Je vous donne des exemples de déclencheurs qui sont longtemps restés actifs chez moi.)

-Lorsque je me sentais intimidée par une situation ou une personne.

-Lorsque je suis confrontée à des imprévus.

-Lorsque je suis près d’atteindre mon but.

Étrange me diriez-vous? Figurez-vous que ces éléments peuvent concerner la plupart d’entre nous. L’auto-sabotage se manifeste la plupart du temps par la procrastination c’est à dire l’incapacité à finir ce que l’on a commencé. Il se révèle également par l’intolérance à la frustration et la tendance à fuir toutes responsabilités.

Vous savez que vous êtes près du but, mais vous allez faire quelque chose qui va retarder l’échéance de cette réussite. Vous le faites pour de multiples raisons : peur de l’échec, peur du succès, peur du changement, etc.

Exemple: vous faites une reconversion professionnelle. Vous étiez comptable et vous devenez professeur de Judo. Lorsque votre activité commence à se développer et qu’enfin vous y voyez le commencement de quelque chose qui pourrait porter ses fruits, vous décidez de reprendre votre ancien job de comptable.

-Lorsqu’on me témoignait de l’amour

-Lorsqu’on me demandait de m’investir et de faire des compromis

4# Trouver une réponse saine et constructive aux obstacles que vous rencontrez au lieu de leur offrir une réponse irréfléchie et spontanée

Sortir de sa zone de confort, se remettre en question, partager son vécu avec les autres, etc.

5# Construire un pont entre ces éléments déclencheurs et les réponses saines et constructives que vous aurez choisis

Il s’agit d’utiliser ces nouvelles réponses dès que vous vous surprenez à vous dénigrer, vous critiquer pour rien, à faire du sabotage en somme.

6# Répétez jusqu’à ce qu’elles deviennent une habitude. Renforcez cette connexion avec vos pensées positives

Voir l’exercice: Imaginez cette connexion comme étant une route de campagne dans de l’article « Une belle leçon sur la pensée positive » http://www.retouralinnocence.com/2013/06/une-belle-lecon-sur-la-pensee-positive/

7 # Dernier petit conseil

Rappelez-vous qu’il n’est jamais trop tard pour se reprendre en main, changer de vie http://www.retouralinnocence.com/2013/02/changer-de-vie/ou faire la paix avec soi-même. Mieux vous vous connaissez, moins vous serez susceptible ou tenté de vous faire du tort.

Cette approche est vraiment libératrice et c’est vraiment ce que je vous souhaite de connaître car après tout, nous n’avons qu’une vie (du moins dont on se souvient). N’attendez pas que les choses tombent du ciel. Souriez à la vie, faites le premier pas et la réalisation des projets qui vous tiennent le plus à cœur suivra.

Lire l’article en entier sur http://www.retouralinnocence.com/2013/09/comment-en-finir-avec-lauto-sabotage/


See on retouralinnocence.com

Filed under anecdote article child enfant parent depression blog coaching conseils developpementpersonnel enfance école psychologie exercice

0 notes &

La productivité permet-elle d’améliorer vos talents?

La productivité permet-elle d’améliorer vos talents? Découvrez 5 talents essentiels que la productivité peut vous apprendre.

Melissa Pekel’s insight:

La productivité permet-elle d’améliorer vos talents? La réponse est oui! La productivité vous fera gagner bien plus que du temps. En vous obligeant à refléter ce que vous voulez accomplir, réfléchir à vos priorités et accomplir plus de choses en un minimum de temps, vous créez de solides habitudes qui influencent chacune des sphères de votre vie et améliore surtout vos talents. Voici 5 talents que la productivité permet d’améliorer.

1# Le talent pour la diplomatie

La qualité humaine qui permet à un individu d’obtenir le maximum d’une autre personne ou d’une situation est le talent pour la diplomatie. L’art d’obtenir la coopération volontaire d’un tiers pour un objectif dont vous avez la responsabilité.

La diplomatie me fait toujours penser au serveur d’un restaurant. Ce dernier est payé pour prendre votre commande, la délivrer aussi indemne que possible et débarrasser la table. Selon le manager, la politique de la maison il sera en plus aimable et serviable. Ceci étant dit, quelles seraient vos chances de trouver un « gros crachat » ou un cafard (selon les goûts) dans votre soupe, pendant l’un de ses mauvais jours et qu’en plus vous avez testé sa patience en vous comportant mal ? Les chances seraient élevées n’est-ce pas ? Si vous avez de la chance vous remarquerez « l’erreur », vous ferez changer votre plat, vous ne remarquerez rien et c’est l’intoxication alimentaire ou un supplément de protéine dans votre soupe. :(

(Je sais, ça ne donne pas très envie).

Dans tous les cas, vous perdez du temps. Vous récupérez un stress inutile et ajoutons le sentiment désagréable de non-confiance qui va vous suivre à chaque fois que vous aurez envie d’aller au restaurant.

C’est exactement la même chose au travail avec vos collègues, vos collaborateurs ou vos employés. Un mauvais manager (au sens inefficace) n’a aucune diplomatie. Il exige, menace et ne communique pas. Résultat : Il perd un temps fou à revenir sur ce qui était censé être fait, à gérer les conflits ou à former de nouvelles recrues.

À l’opposé du manager qui excelle en productivité. Celui-ci maîtrise les rouages du langage. Il s’exprime avec tact et diplomatie pour inspirer son équipe. Le diplomate sait adapter son objectif aux personnes qu’ils gèrent. Autrement dit, il donne à chacun de ces collaborateurs un sens à ce qu’ils font. Résultat : Il inspire un élan de positivité, un nouveau souffle qui profite à toute son équipe. Le travail est effectué en un minimum de temps et chacun a le sentiment de contribuer et de s’accomplir.

2# Talent pour évaluer les risques réels

La productivité vous apprend à évaluer les risques pour calculer vos actions. Comme au jeu d’échecs, vous élaborez une stratégie qui vous permettra de tirer un maximum des moyens et du temps qui vous est donné. Vous évaluez le temps d’exécution de chaque tâche pour les placer judicieusement dans un enchaînement logique d’actions prioritaires.

Cette qualité est un excellent remède pour les gens de nature impulsive. Qui saute « dans le bain » avant de savoir vraiment nager.

3# Talent de disposer d’une vision d’ensemble

 En efficacité personnelle, l’on comprend que chaque action, chaque tâche compte et fait partie d’un tout. Une tache manquante ou mal faite aura des conséquences néfastes sur le résultat final. L’on comprend les connexions directes qui rassemble l’immense puzzle du projet et combien il est important de s’appliquer sur chaque mini tache fin de servir un but ultime : la complétion d’un projet en entier.

Dans la vie, la faculté à avoir une vision d’ensemble vous permettra de mieux comprendre votre environnement, les personnes qui les composent et les événements dont on ne comprend pas toujours la signification sur le moment. Vous apprenez à garder la tête froide, car vous comprenez que ce qui est présenté devant vos yeux n’est qu’une partie d’un ensemble que vous ne comprenez pas encore, mais qui se dévoilera avec le temps.

4# Le talent pour la flexibilité

L’organisation de vos taches réduit le stress lié à l’incertitude : « Vais-je finir dans les temps ? », « Par quoi dois-je commencer ? », « Ai-je pris la bonne décision ? ». Tout est décidé d’avance, vous n’avez plus qu’à suivre les instructions. Ceci serait la situation idéale. Malheureusement, la vie est faite d’aléas et de ce fait vous n’êtes pas à l’abri d’imprévus. Aussi excellent et solide que votre plan d’action puisse être, vous vous retrouverez dans des situations dans lesquelles vous n’aurez pas d’autres choix que de lâcher prise,http://www.retouralinnocence.com/2012/06/quand-le-lacher-prise-simpose-5-signes-qui-ne-trompent-pas/ accepter de revoir votre organisation et l’adapter à la nouvelle situation pour rester efficace et ne pas perdre de temps…. lire la suite sur http://www.retouralinnocence.com/2013/07/la-productivite-permet-elle-dameliorer-vos-talents/


See on retouralinnocence.com

Filed under travail efficacité objectifs productivité gestion du temps talents

0 notes &

Les 20 meilleures phrases pour lâcher prise

Les 20 meilleures phrases pour lâcher prise qui me donne la force d’accepter ce qui ne dépend pas de moi et le courage de changer ce qui peut l’être.

“Lâcher prise ne signifie pas ne plus jamais se soucier de personne. C’est réaliser plutôt que la seule personne sur laquelle vous avez vraiment contrôle, n’est autre que vous.”Deborah Reber

“Chaque fois que vous êtes tentés de réagir avec les mêmes vieilles habitudes, demandez vous si vous voulez être prisonnier du passé ou un pionnier de l’avenir. Le passé est fermé et limité, l’avenir est ouvert et libère.”-Deepak Chopra

“Retenir équivaut à croire qu’il y a seulement un passé, lâcher prise, c’est savoir qu’il y a un avenir.” -Daphne Rose Kingma

“L’espace physique et mental que nous créons lorsque nous laissont aller les choses qui appartiennent à notre passé, nous donne la possibilité de remplir cet espace avec de nouvelles choses.”- Susan Fay West

” Lorsqu’une porte du bonheur se ferme, une autre s’ouvre ; mais parfois on observe si longtemps celle qui est fermée qu’on ne voit pas celle qui vient de s’ouvrir à nous”Helen Keller

“Je crois que tout arrive pour une raison. Les gens changent afin que vous puissiez apprendre à lâcher prise, les choses vont mal, afin que vous les apprécier quand ils ont raison, vous croyez réside donc vous finir par apprendre à faire confiance à personne d’autre que vous-même, et parfois des choses bonnes s’effondrer si de meilleures choses peuvent tomber ensemble.”-Marilyn Monroe

Pour lire la suite des citations suivez http://www.retouralinnocence.com/2013/07/les-20-meilleures-phrases-pour-lacher-prise/

Pour en savoir plus sur le lâcher prise consultez:

Quand le lâcher prise s’impose: 5 signes qui ne trompent pas. http://www.retouralinnocence.com/2012/06/quand-le-lacher-prise-simpose-5-signes-qui-ne-trompent-pas/


See on retouralinnocence.com

Filed under Citations amour lâcher prise blog conseils

1 note &

8 conseils pour lutter contre le stress

N’attendez pas le dernier moment pour prendre soin de vous. Voici 8 conseils pour lutter contre le stress

Melissa Pekel’s insight:

Au quotidien, il est bien difficile de ne pas succomber au stress. On ne prend pas le temps de se détendre, on se néglige, on ne fait pas les choses qu’on aime… Nous savons tous que cette négligence engendra d’un moment à l’autre un pression telle, qu’il ne vous sera plus possible d’encaisser le moindre stress. Pour certaines personnes, la prise de conscience se fait naturellement. Pour d’autres le déclic arrive bien souvent de manière très violante en les frappant d’un choc émotionnel, d’une maladie ou  dépression. Pourquoi ne prennent-ils pas les mesures nécessaires pour lutter contre le stress?

Le meilleur temps pour réparer sa toiture, c’est lorsque le soleil brille.- John Fitzgerald Kennedy

On a tous tendance à attendre le dernier moment pour prendre soin de soi. On le fait parce qu’on pense que c’est futile mais il n’en est rien. Avec le rythme effréné de nos vies, il est essentiel de savoir lâcher prise et prendre le temps de vivre.

Je vous propose de découvrir 8 bonnes habitudes que vous pouvez déjà intégrer à votre quotidien pour lutter contre le stress.

8 conseils pour lutter contre le stress

1# Examinez votre usage du temps

Comment occupez-vous vos journées ? Êtes-vous une personne organisée qui sait parfaitement gérer son temps, son environnement ou plutôt une personne qui a tendance à courir un peu de partout, tout en se laissant envahir par tout ce qu’il l’entoure ?

Regardez-vous agir et réfléchissez à votre manière d’occuper votre temps. Etes-vous entrain de vous surmener ? Vos proches ou vos amis vous font-ils souvent des remarques de type : « tu te tues au travail » , « on ne te vois pas beaucoup ces temps-ci». Essayez de voir s’il n’y a pas un fond de vérité dedans. Il se pourrait que vous ne prenez plus le temps de vivre et vous n’en avait pas encore pris conscience.

2# Faites le vide dans votre esprit

Sans contrôle et discipline l’esprit à tendance à errer de pensée en pensée. Il nous ramène vers le passé, nous projette dans le futur…tout ce remous finira par vous donner le mal de vivre. Vous devez à tout prix apprendre à maitriser le flot de vos pensées pour vivre en harmonie avec vous-même.  Déterminer un moment précis pendant lequel vous allez concentrer votre attention à ne rien penser. Faites le vide.

Si c’est trop difficile, concentrez alors votre attention sur une pensée unique. Fermez les yeux.

S’agit-il d’une pensée positive ? Cultivez-la en la ressentant pleinement, en la visualisant clairement.

Cette pensée est négative ? Ne la laissez pas vous envahir car les pensées négatives nous font perdre contact avec la réalité. Essayez cependant d’en comprendre l’origine et trouvez lui un équivalent positif, une réponse.

3# Amorcez le changement

La définition de la folie, c’est de refaire toujours la même chose en s’attendant à un résultat différent- Albert Einstein

Pour amorcer un changement, vous n’avez pas besoin de partir à l’autre bout du monde, d’accomplir des exploits spectaculaires ou de faire des changements radicaux que vous ne serez pas en mesure de tenir sur le long terme. Le fait est qu’il est possible d’obtenir des résultats différents en avançant continuellement et régulièrement par petit palier. Parfois une petite chose qui sort de l’ordinaire suffit à provoquer un déclic qui entrainera un changement inattendu.

Je pense à l’un de mes amis qui était connu pour être un éternel célibataire. Ces choix, ces habitudes, ces rituels le conditionnaient à rester dans sa bulle et avec le temps ça ne s’arrangeait pas.

Il y a 4 ans, il s’est décidé à accompagner un de nos amis (un gros dragueur !) dans l’une de ses soirées. Il a suffi de cette première fois pour que Monsieur y trouve sa dulcinée. Coup de chance ? Certainement, mais coup de chance tout de même. Je pense que cela valait bien le coup. S’il n’avait rencontré personne d’intéressant au pire il aurait des choses sympathiques (ou non) à nous raconter. Mais dans son cas, ce petit geste a bien été récompensé.

Bilan après 4 ans ? Il est marié et sa femme (la dulcinée de l’époque) attend leur premier enfant. Il est heureux et toujours aussi râleur (le connaissant ça prouve que tout va bien. Il est reste fidèle à lui-même.)

4# Enrichissez-vous

Lisez, rencontrez de nouvelles personnes, sortez de votre zone de confort. Il existe tellement de chose en ce monde qu’on finit souvent à ne plus avoir envie de connaitre les choses en profondeur. On survole les connaissances, on zappe d’un support à l’autre car il y a trop de données à enregistrer.

La connaissance est un pouvoir mais aussi un plaisir. N’essayez pas de vous surcharger pour impressionner. Concentrez-vous sur les choses qui vous intéressent vraiment.

« Trop de choix, tue le choix » Faites-vous une liste des nouvelles connaissances que vous souhaiteriez acquérir et suivez la tranquillement.

5# Prendre soin de soi

Allez vous ressourcer en pleine nature. Faites une activité physique qui vous détende, faites-vous masser. Cuisinez-vous de bon repas équilibrés. Ne surchargez pas votre corps de « malbouffe », ne négligez pas votre sommeil

6# Savoir dire non

Savoir dire non à la colère, les contrariétés au stress. Apprenez à reconnaitre et établir vos limites. Apprenez à déléguer et ne vous rajouter des tâches pour faire plaisir ou vous faire accepter des autres. Ne promettez pas des choses que vous ne pouvez pas délivrer pour éviter les conflits, car vous obtiendrez justement l’effet inverse.

7# Planifiez un temps pour faire tout ce que vous aimez faire

Autorisez-vous quelque heures pour faire ce que vous avez envie de faire et non ce que vous devez faire. Planifiez votre temps, de manière à ne pas empiétez sur le temps dédié à vos responsabilités professionnelles ou familiales. N’oubliez pas non plus de réserver un temps avec votre partenaire. On pense que cela va de soi mais lorsqu’on devient très à l’aise dans son couple on à tendance à oublier.

8# Rire aux éclats

L’autre jour ma petite sœur m’a rappelée une petite anecdote sympathique à propos de l’une de mes professeurs de français au collège. Elle s’en souvient bien, car c’était aussi sa prof en 3ème.

Pendant les contrôles alors que la plupart des professeurs profitent de ces moments de paix pour corriger les devoirs de leurs élèves, cette professeure lisait. Elle emportait des BD comiques et s’esclaffait derrière sa BD ou riait de bon cœur.

C’est elle d’ailleurs qui m’a fait découvrir Léonard une BD comique qui met en scène un inventeur capricieux et colérique : Leonard de Vinci et son apprenti paresseux et maladroit : Basile Landouye.

Sa bonne humeur était si contagieuse qu’il était presque impossible de ne pas sourire en s’échangeant des regards complices entre camarades d’une manière de dire : « Ah les profs ! C’est plus ce que c’était » mais qui en faites voulait dire : «Respect! ».

On ne pouvait même pas profiter de l’occasion pour s’échanger les réponses, elle avait les sens très aiguisés et maitrisait parfaitement la situation. Une bonne vivante qui assume et qui assure, en sommes.

Faites comme cette professeure, saisissez toutes les occasions de rire. S’esclaffer c’est pas mal, mais vous pouvez faire mieux. Riez aux éclats, libérez vos tensions. Je vous garantie qu’il n’y a rien de mieux pour appréhender la vie avec plus de légèreté.

 Lire l’article: http://www.retouralinnocence.com/2013/07/8-conseils-pour-lutter-contre-le-stress/


See on retouralinnocence.com

Filed under stress Rire fou rire heureux bonheur conseils

1 note &

Un voyage à travers la méditation guidée

Un voyage à travers la méditation guidée. Pour tous savoir sur les bienfaits de la pratique de la méditation au quotidien.

Melissa Pekel’s insight:

La méditation est  un outil clé du changement ?

Oui, car elle nous permet de vivre des situations comme si c’était vrai ! Ces expériences ouvrent notre sensibilité et nous remettent en contact avec les blessures de l’enfance et nos conflits intérieurs.  L’adulte que nous sommes va bien, mais s’il a mal ou s’il est dérangé, c’est l’enfant blessé qui « pleure » en lui. Les comportements mis en place durant l’enfance pour se protéger ont engendré des privations et frustrations et l’idée est de pouvoir guérir ces blessures là.

Je pense qu’on peut tout entreprendre, tout réussir dès l’instant où l’on se met des jalons, des éclairages. Si vous avez un chemin difficile à parcourir, s’il est bien éclairé, vous arriverez tranquillement, sans soucis.

En revanche, si vous partez sans éclairage dans la nuit en montagne par exemple, vous risquez de vous tromper de direction ou pire encore de tomber dans un précipice. C’est la même chose dans la vie. Ces lumières, ces ressources correspondent aux façons positives de voir les choses qui auparavant pouvaient être des embarras, des contrariétés, des souffrances, des blessures profondes.

On observe les croyances qui se sont installées… Et l’on sait que l’on peut les lâcher pour construire autre chose. Virtuellement, le cerveau est capable de se reprogrammer par d’autres croyances qui vont amener la guérison ou le changement.

Les avantages de la méditation

Il y a plusieurs études scientifiques qui prouvent les bienfaits de la méditation notamment sur le cerveau : amélioration de la créativité, de la mémoire, etc. Pour ma part, je peux évaluer très clairement que les pensées se calment et que nous contactons une autre réalité qui donne accès à tout un espace inconnu, potentiel inexploité. On se projette pendant ce voyage dans un espace de paix, on s’ancre dans l’instant présent. Tous les sens s’ouvrent.

La méditation est accompagnée de techniques de respiration qui apportent un bien-être supplémentaire, un calme intérieur. On sait aujourd’hui que la respiration abdominale (respirer en gonflant le ventre) a des effets sur le système nerveux. Les battements du cœur ralentissent progressivement et le corps lui même s’apaise et se détend. On se recentre, les émotions peuvent refaire surface.

La méditation est donc un outil intéressant pour la gestion du stress. Si l’on ne passe pas par la compréhension de nos émotions on ne peut pas agir sur le corps. On ne pourra pas le soulager. Les maladies du corps ne sont que le reflet de nos conflits profonds et l’on peut les traiter par la libération des émotions. La médiation permet cela.

Que diriez-vous aux personnes qui seraient encore septiques quant à l’utilité de la méditation ?

Certaines personnes pensent que la méditation est une perte de temps alors qu’il n’en est rien. Ils vivent malheureusement leur vie en surface. Nous avons tous besoin de reprendre contact avec notre être profond, notre inconscient en somme. Cette pratique nous remet en phase avec ce que nous avons peut-être laissé de plus précieux : notre créativité et notre sensibilité.

lire l’article en entier sur http://www.retouralinnocence.com/2013/07/un-voyage-a-travers-la-meditation-guidee/


See on retouralinnocence.com

Filed under méditation zen blog bienfaits cerveau pensées positives pleine conscience relaxation stress bonheur